La culture est partout ! La culture est vivante ! Et on vous le prouve cette fois encore avec une sélection de news des institutions culturelles et de ressources pour apprendre et découvrir en s'amusant qu'on soit petit ou qu'on soit grand. 

DES NOUVELLES DES TRAVAUX AU MUSÉE DE CLUNY

Chantier du nouvel accueil, vue extérieure Paris, musée de Cluny - musée national du Moyen Âge Février 2018 © Alexandra Lebon / Alexis Paoli / Oppic

Confinement oblige, le chantier de modernisation en cours au musée de Cluny – musée national du Moyen Âge est à l’arrêt depuis le 17 mars dernier. Si cela impacte le calendrier de l’ensemble des travaux, toutes les activités du musée ne sont pas totalement suspendues.

Le confinement rebat les cartes du calendrier des travaux menés, depuis fin 2015 au musée par l’Oppic (Opérateur du patrimoine et des projets immobiliers de la culture). Le 28 juin 2020 une fermeture totale du musée était prévue pour environ 11 mois.
Ce moment devait correspondre à la date de réception des travaux de mise en accessibilité de l’hôtel médiéval. L’arrêt du chantier laisse à penser que la réception des travaux se fera plus tardivement que prévu. Il est donc vraisemblable que la fermeture prévue initialement le 28 juin 2020 soit repoussée sans qu’il soit possible pour le moment de fixer une nouvelle échéance.

Cela pourrait permettre aux visiteurs de découvrir la présentation «Regards sur la vie quotidienne » qui a ouvert le 4 mars et devait s’achever le 28 juin. Toutes les œuvres présentées étant issues des collections du musée, rien ne s’oppose à ce qu’elle soit prolongée jusqu’à la fermeture de l’établissement. La programmation culturelle prévue ce printemps pourrait également être décalée.

Une réflexion est en cours sur les prérequis nécessaires à une réouverture dans les meilleures conditions sanitaires, grâce au précieux travail de l’agent de prévention du musée. Cette réflexion est menée selon les prescriptions du Haut-Fonctionnaire de Défense et de Sécurité placé au côté du ministre de la Culture. Un plan garantissant les conditions de visite et de travail optimales est actuellement à l’étude.

Dans les mois suivants la réception des travaux, une dernière étape, importante, attendra les équipes du musée de Cluny : la réinstallation de l’ensemble des œuvres dans un nouveau parcours chronologique, où se déploieront une nouvelle signalétique et une nouvelle médiation en salle. La cour sera quant à elle restaurée et accessible à tous les publics. C’est pour permettre le bon déroulement de cette dernière phase qu’une fermeture totale des lieux est indispensable pendant plusieurs mois. Enfin, le réaménagement du jardin, dont une partie sera intégrée dans le parcours du musée se poursuivra, sous le mandat délégué de la Ville de Paris et le contrôle du ministère de la Culture.

Si le chantier est actuellement suspendu, les équipes du musée poursuivent quant à elles leurs missions quotidiennes dans la cadre du plan de poursuite d’activité : en télétravail ou en présentiel en fonction des profils et des besoins.

«Un musée fermé ne signifie pas une absence complète de personnel. Même si nous les avons réduites au minimum, certaines missions sont indispensables : la surveillance des collections et du bâtiment est ainsi plus que jamais essentielle et nécessite la présence de nos agents de jour comme de nuit. Je salue ici leur conscience professionnelle et leur dévouement. La direction est également sur place et certaines activités de maintenance du bâtiment, de contrôle climatique des salles ou de paiement des fournisseurs s’exercent en présentiel, hebdomadairement. Enfin, l’ensemble des équipes est à pied d’œuvre, à distance, pour continuer d’avancer sur les dossiers stratégiques. » Séverine Lepape, directrice du musée de Cluny.

Durant cette période de confinement, la présence du musée sur le numérique est plus que jamais un enjeu majeur pour être accessible à ses publics. Le site internet est régulièrement augmenté de nouveaux contenus : activités à faire à la maison, nouveaux dossiers thématiques... L’ensemble des collections numérisées en 3D rencontre un franc succès et est mis en valeur dans le cadre du plan #CultureChezNous initié par le ministère de la Culture. À défaut de pouvoir venir au musée, les visiteurs peuvent ainsi se familiariser avec les œuvres mais aussi avec les recherches menées par les équipes du musée. Les réseaux sociaux et la lettre d’information du musée proposent également régulièrement des axes renouvelés pour découvrir les collections.

© Unesco

L’UNESCO lance le mouvement mondial ResiliArt de soutien à la culture et aux arts pendant et après la pandémie

La Directrice générale de l'UNESCO, Audrey Azoulay, a lancé mercredi 15 avril un débat mondial et un mouvement en ligne baptisé ResiliArt visant à stimuler la résilience des artistes et des industries culturelles face aux conséquences économiques dévastatrices de la pandémie de COVID-19 et de l’arrêt des activités qui en résulte.

Coïncidant avec la Journée mondiale de l’art, le premier débat RésiliArt (de 10h à 12h temps universel) a réuni, outre Mme Azoulay, le Sous-Directeur général de l’UNESCO à la culture, Ernesto Ottone Ramírez, le pionnier de la musique électronique et Ambassadeur de bonne volonté de l’UNESCO, Jean-Michel Jarre (par ailleurs Président de la Confédération internationale des sociétés d'auteurs et compositeurs – CISAC), l’écrivaine Yasmina Khadra, le musicien, réalisateur de documentaires et Ambassadeur de bonne volonté de l’UNESCO Deeyah Khan, l’auteur-compositeur interprète, Vice-Présidente de la CISAC et ambassadrice internationale de l’UNICEF Angélique Kidjo, la violoniste et ministre de la Culture de la Croatie, Nina Obuljen-Koržine, ainsi que le réalisateur de films, scénariste, producteur et Président de l’Institut du cinéma et des arts audiovisuels de l’Argentine (INCAA) Luis Puenzo.

Le débat ResiliArt aura pour ambition d’inciter les professionnels de l'industrie culturelle et autres parties prenantes à s'engager dans des discussions thématiques et régionales, ainsi que dans une campagne impliquant les médias sociaux afin d’aider le secteur de la culture à surmonter les impacts à long terme de la pandémie de COVID-19 sur le financement de la culture et des artistes.

Le 22 avril, l'UNESCO réunira les ministres de la culture du monde entier dans le cadre d'une réunion en ligne sur le COVID-19 et son impact sur la culture. S'appuyant sur le Forum des ministres de la culture organisé par l'UNESCO le 19 novembre dernier, ce nouveau sommet permettra d’échanger des informations et des points de vue sur l'impact de la crise sanitaire sur le secteur culturel et à identifier des mesures politiques correctives en fonction des contextes nationaux.

« Aujourd'hui, plus que jamais, les gens ont besoin de culture », a déclaré Ernesto Ottone, Sous-Directeur général de l'UNESCO pour la culture. « La culture nous rend résilients. Elle nous donne de l'espoir. Elle nous rappelle que nous ne sommes pas seuls. C'est pourquoi l'UNESCO fait tout son possible pour soutenir la culture, pour sauvegarder notre patrimoine et pour donner du pouvoir aux artistes et aux créateurs, maintenant et après la fin de cette crise ».

La fermeture de sites patrimoniaux, de musées, de théâtres et de cinémas et d'autres institutions culturelles met en péril le financement des artistes et des industries créatives, ainsi que la conservation de lieux extraordinaires et les moyens de subsistance des populations locales concernées, sans oublier les professionnels de la culture eux-mêmes. Le COVID-19 a aussi mis en veilleuse de nombreuses pratiques du patrimoine culturel immatériel, y compris des rituels et des cérémonies, ce qui a eu un impact sur des communautés aux quatre coins du monde. La pandémie affecte également de nombreux emplois. Partout dans le monde, les artistes, dont la plupart dépendent d'activités annexes pour compléter les revenus tirés de leur art, sont désormais incapables d’assurer leur subsistance.

L’UNESCO nomme un groupe international d’experts qui élaborera des recommandations sur l’éthique de l’intelligence artificielle

La directrice générale de l'UNESCO, Audrey Azoulay, a nommé 24 personnalités parmi les plus grands experts mondiaux sur les défis sociaux, économiques et culturels de l'intelligence artificielle (IA) afin qu’ils rédigent des recommandations applicables au niveau international sur les questions éthiques soulevées par le développement et l'utilisation de l'IA.

Ces nominations font suite à la décision prise par les 193 États membres de l'UNESCO lors de sa dernière Conférence générale en novembre 2019 de charger l'Organisation d'élaborer le premier instrument normatif mondial sur cette question fondamentale.

Ce groupe d'experts est composé de femmes et d'hommes issus de divers milieux culturels, originaires de toutes les régions du monde. Il comprend des scientifiques et des professionnels de premier plan ayant une connaissance approfondie des aspects technologiques et éthiques de l'IA. Parmi ceux-ci, figurent Julie Owono Assevini (Cameroun), Catherine Tessier (France), Fatima Roumate (Maroc) et Jean-Philbert Nsengimana (Rwanda).

Lors de leur première réunion, prévue du 20 au 24 avril, ils commenceront à examiner les choix éthiques complexes auxquels le monde est confronté dans l’actuelle phase émergente de l'IA.

« Il est de notre responsabilité de mener un débat universel éclairé afin d'entrer dans cette nouvelle ère avec les yeux grands ouverts, sans sacrifier nos valeurs, et d'établir une assise mondiale commune de principes éthiques pour l'intelligence artificielle », a déclaré la Directrice générale.

Ce groupe d'experts a été chargé d’élaborer un projet de texte, qui sera présenté aux différentes parties prenantes aux niveaux national, sous-régional et régional afin de recueillir leurs commentaires d’ici l’automne prochain. Le texte sera ensuite soumis aux États membres de l'UNESCO pour adoption lors de la prochaine Conférence générale prévue en 2021.

Annonces culturelles de la semaine du 22 avril 2020

Le coin des enfants 

Le Musée des textiles de Lyon propose un concours de coloriage de costume pour les enfants. 

L'exposition Océan, une plongée insolite est terminée, mais il est toujours possible de jouer aux mini-jeux conçus pour l'exposition ! 

Les musées de Paris proposent une vaste sélection d'activités conçues pour les enfants. 

Citéco propose aux collégiens et lycéens un petit concours de création vidéo avec un gros lot de 3 000€ ! Vous avez jusqu'au 30 avril !! 

Vous avez l'âme d'un ministre de l'économie ? C'est le moment de le prouver avec ce jeu proposé par Citéco, pour les petits et les grands !

Apprendre en s'amusant avec Astérix Mag quoi de plus simple ?

Visites en ligne 

Il est possible de visiter le Musée Bourdelle en 360° avec des focus sur certaines œuvres. 

Connaissez-vous le Centre National du Costume de Scène ? Pour le découvrir ou le (re)découvrir comme moi, voici une visite virtuelle et de nombreuses ressources en ligne !!!

Il y a un an, la cathédrale Notre-Dame de Paris était dévastée par les flammes sous les yeux incrédules du monde entier. Pour nous souvenir du bâtiment en attendant ses travaux de réhabilitation voici une sélection d’œuvres issues des collections de Paris Musée. 

La magnifique Grotte de Chauvet est visitable en ligne. Partez à la découverte de l'art d'il y a 36 000 ans ! 

De l'art pour tous ! 

Vous tournez en rond dans vitre intérieur ? Adopter un œil artistique comme l'on fait les artistes ! Voici le catalogue de Paris Musée dédié aux représentations d'intérieurs par les plus grands artistes. 

On se cultive en vidéo !

Retour à l'accueil