Pour cet Halloween, pourquoi ne pas passer une bonne soirée Jumpscare avec ses amis devant un jeu vidéo réputé maître en la matière ? À l’occasion de cette fête macabre, l'éditeur Aspyr propose un Bundle réunissant Layers of Fear et The Observer, deux perles du jeu d’horreur sur console. Si, par chance, vous n’avez pas encore expérimenté ces deux jeux, je ne peux que vous conseiller de vous y intéresser afin d'accompagner à merveille votre soirée d’Halloween !


Dans cet article, je vais vous parler de Layers of Fear, le jeu qui m’a fait sursauter plus d’une fois avec bonheur, alors que je suis habitué à ce genre de jeu, un surtout, étant fan d’Amnésia !
 
Après avoir éprouvé tellement d’angoisse avec Amnésia, je ne pouvais pas rester sans un jeu horrifique bien longtemps. La peur appelle la peur, allez savoir pourquoi ? C’est donc avec un plaisir certain que je me suis lancé dans Layers of Fear du très bon studio Polonais de la Bloober Team. Sans connaître quoi que ce soit au jeu, j’ai littéralement été happée par son ambiance unique de jeu d’horreur psychologique, agrémentée des plus belles œuvres d’art du monde connues.

Testé sur PS4

Synopsis :

Dans Layers of Fear, le joueur incarne un peintre psychotique qui déambule dans sa demeure au style victorien. Cela n’a l’air de rien au départ car le joueur découvre une belle bâtisse avec du beau mobilier bien organisé. Mais, dès les premières découvertes, il y a quelque chose d’inexplicable qui se produit : on ne peut plus lâcher la manette ! S’enchaîne alors différents indices qui dialoguent constamment avec l’envie de savoir ce qui a bien pu arriver dans cette demeure si calme ... au rez-de-chaussée. On y apprend alors que le maître de maison est un peintre très célèbre, aimant véritablement sa femme, qu’ils ont eu un magnifique enfant et que tous baignent dans le meilleur des mondes. Mais quelque chose cloche dans ce scénario trop lisse : que sont devenus les habitants de cette maison ? C’est pour découvrir la triste vérité que le joueur va s’engouffrer dans les méandres de la Psychée dérangée du peintre lui-même, pour découvrir que les maîtres ici sont le désir de création ultime et les tableaux…

Gameplay :

Mille est une portes
Cette descente dans les entrailles des événements de Layers of Fear conduit le joueur à arpenter la maison dans tous ses sens jusque dans ses moindres recoins, imaginaires, lugubres, cauchemardesques, ésotériques ou extra-lucides. Sans comprendre comment cela est possible, le joueur passe de pièce en pièce en ouvrant les portes qui se referment derrière lui. Chacune de ses actions d’ouverture de porte et de passage à l’autre pièce conduit le joueur vers des scénarios différents. En effet, revenir en arrière ne permettra pas forcément de retrouver la salle dans laquelle il était. De même qu’ouvrir de nouveau la porte peut mener le joueur vers une autre salle complètement différente. Pire encore, balayer du regard toute une pièce peut engendrer un changement radical de ce qui se trouve derrière vous... une expérience déboussolante, mais tellement jouissive qu'on en redemande.
En somme, cette exploration à choix multiples dans cette demeure labyrinthique qui est à l’image de la personnalité controversée de l’artiste est une épreuve mémorable à expérimenter. Elle souligne à quel point le cheminement de la pensée créative du peintre a été complexe afin d’arriver à créer son œuvre ultime.

Durant ses dérives déambulatoires, le joueur explore les pièces en découvrant nombre de prémisses de ce qui s’est passé entre le peintre et sa femme, mais aussi pourquoi les profondeurs ont pris possession de lieux, au même titre que la présence trop nombreuse des rats…
Il faudra auparavant prendre son temps pour lire toutes les lettres, affiches et mots épars sur les murs, pour savourer le jeu à sa juste valeur. Car Layers of Fear est avant tout un Story Telling qui compte l’histoire torturée de cette famille dans laquelle l’amour a été remplacé par la haine, de la pire des façons…
Une fois dans le cours de cette histoire macabre, mais hautement passionnante tellement l’écriture est bonne, la découverte du moindre indice procure une joie immense au joueur qui n’aura de cesse de continuer son exploration pour assouvir sa soif de vérité.
 
Pointer et ouvrir…
Une réussite scénaristique qui comble très vite le joueur et l’hypnotise complètement devant le jeu, alors que le gameplay très simple ne se résume qu'à ouvrir des portes, parcourir des couloirs, regarder dans des armoires, des bibliothèques, ouvrir des tiroirs, ramasser des objets, lire des lettres et des affiches... Tout cela en pointant convenablement le viseur vers sa cible, mais aussi en ouvrant avec le stick ou en sélectionnant avec un bouton. L’art de la simplicité au service de l’ambiance horrifique. Ce ne sont pas les quelques énigmes relativement simplistes qui vont rendre l’expérience plus difficile.
En effet, cette simplicité du gameplay conduit le joueur à se sentir oppressé par ce qui arrive dans la maison, car il ne peut rien faire d’autre que courir!!! Et cette angoisse est justement la cible des très nombreux jumpscare rigoureusement placés dans le jeu. À tel point que le jeu est considéré comme une pièce maîtresse dans l’histoire du jeu vidéo pour la qualité de ses jumpscare !!!
Vous l’aurez compris, jouer à Layers of Fear c’est avant tout vouloir se faire peur, car on aime ces émotions qu’engendre la crainte d’être dans un environnement malsain où l’on a aucun contrôle. Sur ce point, les développeurs ont réussi leurs paris ! Bravo messieurs !

Graphisme :

En plus d’être passionnant à vivre, le jeu est embelli d’une recherche graphique d’un très bon ton. Les nombreuses pièces qui agrémentent l’aventure se parent d’une robe  incarnant à merveille le style victorien. Les nombreux tableaux judicieusement choisis apportent un plus indéniable à la narration tant ces chefs d’œuvres soutiennent allègrement le message sous-jacent du jeu. Tout est fait pour flatter la rétine du joueur avec un velours horrifique et cauchemardesque qui s’accentue au fil des heures.
Le travail sur les lumières, les ambiances psychotiques complètement démesurées attestent de la richesse d’une direction artistique profonde et engagée envers la narration du jeu.
Or, malgré ce tableau idyllique, on peut tout de même reprocher à Layers of Fear un manque dans la finition qui, même si elle accompagne avec style le jeu, reste en deçà de ce que peut procurer la PS4. Le jeu représente bien le symptôme trop souvent rencontré des jeux qui développent véritablement une personnalité graphique, mais qui en oublient finalement qu’un rendu graphique est aussi une histoire d’optimisation.

 


Durée de vie

Le jeu se parcourt environ en 5 heures en prenant son temps. Son système d’exploration à choix multiples lui permet une excellente rejouabilité. Il est intéressant d’y replonger pour atterrir dans des pièces jusqu’alors inexplorées afin d’approfondir l’intrigue du jeu et la psychologie des personnages…

Environnement sonore 

Les qualités sonores de Layers of Fear sont à l’image de ce qu’il propose graphiquement. Tout est fait pour saisir le joueur sans ménagement vers l’exploration de ses épouvantes les plus profondes, avec une ambiance aussi terrifiante qu’ésotérique et fantastique. À découvrir avec un casque sur les oreilles pour succomber dans le bonheur des jumpscare !!!

Summary 

Essayer Layers of Fear est une expérience unique en son genre car le jeu propose, avec des mécaniques simples, une immersion totale dans la folie créative de l'artiste maudit. Si vous n’avez pas peur de vous perdre dans les dédales emplis de souffrance de cette demeure, foncez affronter les forces obscures qui y règnent. Car la récompense de cet acharnement envers la vérité est peut-être une délivrance pour les âmes piégées dans l’antre de la peur.
En somme, le jeu représente une expérience vidéo ludique hors des sentiers battus des productions horrifiques, qui marque une rupture avec ses prédécesseurs de la plus belle des manières. Un must have.

Furyo

Developer: Bloober Team (Based in Poland)
Founding date: Dec 31, 2008

Release Date: Aug 27, 2015

Platforms: PC (Microsoft Windows) / PlayStation Network / PlayStation 4 / Xbox One

Retour à l'accueil