Tout droit sorti de l’imagination de Kitaro Kosaka, Okko et les fantômes  est un film plein de magie, caractéristique des premiers longs métrages d’homme de l’ombre. En effet, Kitaro Kosaka a été co-responsable, au Studio Ghibli, de l'animation sur Princesse Mononoke, Le voyage de Chihiro, Le château ambulant, Ponyo sur la falaise, puis a atteint le Graal en étant directeur de l'animation sur le chef-d’œuvre de Miyazaki, Le vent se lève. Une carrière haute en couleur qui l’a mené à la réalisation de  Okko et les fantômes, sélectionné en compétition lors du festival d’Annecy 2018. Il sortira en salle le 12 Septembre 2018.

Seki Oriko, que l’on nomme Okko, est une petite fille qui respire la joie et la bonne humeur. Or, elle perd ses parents dans un accident de la route auquel elle a miraculeusement survécu. Recueillie par sa grand-mère qui tient un Ryokan à l’ancienne (auberge traditionnelle japonaise) elle décide, malgré sa peine, de tout faire pour aider sa grand-mère et apprendre le métier. Mais dans cette auberge où certains mystères planent, d’étranges fantômes ne peuvent être vus que par elle… C’est alors pour elle l'occasion de faire tout un travail de deuil grâce à ces fantômes tout à fait fréquentables…

Okko est un mignon long métrage qui s’adresse à tous les publics tant sa narration est universelle. Même s’il traite d’un thème qui pourrait en rebuter certains, comme la perte d’êtres chers, Kitaro Oriko l’aborde avec poésie et plein d’humilité. Le film distille un message apte à faire comprendre aux plus petits qu’il faut accepter le deuil en s’ouvrant à notre entourage qui est là pour nous y aider. Continuer à vivre en gardant dans le cœur ses proches est la meilleure façon de rendre hommage aux disparus.

Techniquement, Okko est sublime. Lorsque je l’ai vu au festival d’Annecy, j’ai eu l’impression de ressentir les mêmes frémissements que devant Totoro ( avec Totoro en moins quand même...). Les animations sont d’une finesse extraordinaire, le ryokan et son village donnent envie d’être visités réellement. Les couleurs sentent bon l’été et ses parfums enivrants. Toute la magie de ce lieu unique s’accorde avec les péripéties d’Okko pour nous faire vivre un moment hors du temps.

À la sortie du film, on ne peut s’empêcher de penser à ceux que l’on a perdus, mais le message du film nous rend heureux de savoir que, peut-être, là près de nous, nos êtres chers veillent sur nous. Ensuite, on ne sait pas pourquoi, mais une seule envie nous prend, aller au Japon visiter un Ryokan !!! Un film à voir en famille sans aucune hésitation. Félicitation Kitaro Kosaka et vivement son prochain film !

Furyo

NB : Pour ma part, je trouve le film mignon, mais je trouve qu'il aurait gagné à approfondir la psychologie des personnages. Il y avait tous les ingrédients pour faire un très beau film sur le deuil, l'enfance et la magie du Japon traditionnel, mais il manque quelque chose. Sandra

Date de sortie 12 septembre 2018 (1h 35min)
Genre Animation
Nationalité Japonais
Retour à l'accueil